Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation.

Entreprise

La vérité sur la baisse des loyers

Building

Depuis la sortie du confinement en mai dernier, nombre de médias en tout genre se posent la même question sans finalement apporter une réponse claire: « quel sera l’impact de la Covid-19 sur les loyers de bureaux ? ».

Beaucoup étaient persuadés d’une baisse de 5, 10, 15 % dès le mois de mai avant de se raviser en juin sur un scénario « possible » …

Le service Etudes & Recherche de Groupe Babylone a analysé l’état du marché de bureaux à la location en Île-de-France dès la sortie du confinement et le résultat EST sans appel :

Au 1er juin, sur un panel de 2 000 offres*, 96 % d’entre-elles n’ONT connu aucune variation de loyer. L’exercice est répété au 1er juillet, 92 % RESTENT stables.

Enfin au 24 juillet, 96 % à nouveau NE BOUGENT PAS d’un iota.

Les baisses de loyers tant attendues, tout comme les soldes, ne sont finalement pas arrivées !

Pourquoi donc les loyers ne chutent-ils pas alors que la demande placée est au plus bas ?

La plupart des bailleurs institutionnels ne sont pas décidés à baisser leurs loyers car même de manière substantielle cela ferait diminuer la valeur vénale de leur bien.

Le ralentissement immédiat des constructions et des travaux de restructuration d’immeubles maintiennent un marché sous tension. La rareté des bureaux, en particulier sur l’ensemble de Paris, ne permet pas à la Covid de faire plier les propriétaires sur les loyers.

Qu’en est-il des propriétaires privés ?

L’attentisme est de rigueur. Plutôt que de brader leurs locaux, ces derniers attendent sagement la rentrée pour se décider quitte à laisser la vacance de bureaux s’installer tout l’été.

Finalement, tout porte à croire qu’il ne faut pas miser sur des baisses de loyers mais plutôt sur une hausse des mesures d’accompagnement.

Après des mois d’arrêt de travail, les entreprises ont aujourd’hui un besoin crucial de conserver et/ou réinjecter de l’argent dans leur trésorerie.

Les bailleurs en sont conscients mais sauront ils s’adapter aux nouvelles exigences de leurs preneurs afin que l’activité reprenne de plus belle ?

*Offres du marché enregistrées dans nos bases de données. 


Pôle Communication, Etudes et Marketing